Quand le Flower Power moralise le droit d’auteur…

Boris khalvadjian - Avocat

30 Mai Quand le Flower Power moralise le droit d’auteur…

Fort de son rouge éclatant, le coquelicot est parfois l’objet des convoitises les plus étonnantes. Des photographes avaient immortalisé la métamorphose de cette fleur, du bouton à son éclosion, pour éditer un livre « La métamorphose des fleurs ». Leurs clichés ont été largement exploités, notamment pour illustrer la gamme des célèbres parfums de Kenzo. 7 ans plus tard, un film publicitaire de la marque Evian inonde nos postes TV : il raconte, sur fond musical « We will rock you », le périple d’une goutte d’eau personnifiée qui, par son passage, redonne miraculeusement la vie, notamment… à des coquelicots. Contrefaçon ? Non nous disent les juges. La ressemblance entre le film publicitaire et les photographies initiales est insuffisante, se limitant au choix de la fleur, un coquelicot, et à son éclosion. La nature retrouve ainsi ses droits…

Décision : TGI Paris, 30 mai 2007.